Go to Top

Comment vérifier rapidement si le lecteur de disque dur fonctionne ou non ?

Que vous soyez un utilisateur privé ou un membre du personnel informatique, vous rencontrez tout à coup le problème : les disques ne fonctionnent plus comme ils devraient, certaines données ont soudain disparu, ou la mémoire ne démarre tout simplement plus. Contrairement au symptôme habituel représenté par un grand bruit de craquement, savoir si le disque dur est physiquement défectueux ou non n’apparaît pas immédiatement de façon claire. Ainsi, de nombreux utilisateurs sont irrités au début et ne savent pas comment réagir. S’agit-il d’un événement singulier ou alors le lecteur de disque est-il sur le point de rendre l’âme (avec la perte de données que cela comporte) ? Ceci peut arriver très rapidement, sachant que la durée de vie moyenne d’un disque dur est en général de 3 à 5 ans.

Si le disque dur touché répond encore, il existe divers logiciels de diagnostic adaptés qui peuvent être utilisés pour évaluer l’état de santé d’un disque dur. La qualité des outils est très différente – certains sont relativement sans danger et ne peuvent pas entraîner de dommages supplémentaires, tandis que d’autres peuvent interférer si intensément avec le matériel qu’il peut arriver que le disque dur soit détruit par l’outil.

La technologie la plus importante utilisée pour la vérification d’un disque dur est appelée S.M.A.R.T. : Technologie d’auto surveillance, d’analyse et de rapport. Presque tous les disques durs modernes prennent en charge l’analyse S.M.A.R.T. pour vérifier l’état physique d’un disque. D’après une étude menée par Google il y a quelques années, deux plantages de disques durs sur trois peuvent être anticipés à l’aide de cette analyse. S.M.A.R.T. comporte 10 indications critiques qui peuvent être interrogées, et lorsque cette défaillance est indiquée, elle peut être « l’indicateur potentiel d’une défaillance électromécanique imminente ». Par ailleurs, S.M.A.R.T. couvre près de 30 autres attributs pouvant être interrogés et qui servent d’indicateurs lorsqu’une défaillance est à prévoir.

L’analyse S.M.A.R.T. également pour les SSD

L’un de ces attributs possibles est l’indicateur SSD « Durée de vie restante du SSD ». Celui-ci affiche la durée de vie restante approximative du SSD en ce qui concerne les cycles des programmes/d’effacement ou les blocs flash qui sont actuellement disponibles.

Diagnostique des disques durs

Cependant, il est en général quasiment déjà trop tard lorsque l’on se décide à effectuer une analyse S.M.A.R.T. C’est pour cette raison que vous devez lire et vérifier les résultats de l’outil S.M.A.R.T les plus importants dès le début de l’utilisation d’un ou plusieurs disques durs à intervalles réguliers. Malheureusement, la plupart des systèmes d’exploitation ne vérifient pas automatiquement les données de diagnostic pour ensuite les présenter à l’utilisateur de façon clairement visible, mais celles-ci doivent être récupérées à l’aide d’outils spéciaux.

L’outil de vérification des disques de Windows

Il est également possible de démarrer rapidement ce que l’on appelle l’outil CheckDisk avec un clic droit sur le disque dur, dans Propriétés / Outils / Vérification des Erreurs avec le système d’exploitation Windows. Toutefois, il a l’inconvénient de pouvoir lancer le processus de résolution des problèmes sous certaines circonstances sans que cela ne soit nécessaire. Après tout, ici nous avons simplement besoin d’obtenir des informations dans le but de détecter un éventuel dysfonctionnement. Par conséquent, vous devez vous assurer de ne pas avoir coché les options « Correction automatique des erreurs de données du système » ou « Trouver/restaurer les secteurs défectueux ». Ensuite, l’outil vérifie les disques durs respectifs et fournit un rapport. On remarque toutefois que l’outil n’établit pas une liste des informations disponibles de l’analyse S.M.A.R.T., mais indique en général seulement si le support de stockage fonctionne ou non.

D’un autre côté, le rapport détaillé de l’outil CheckDisk contient des informations importantes concernant certains éléments, à savoir si les entrées d’index du disque dur sont correctes, si les descriptions de sécurité des données sont correctes, ou s’il existe des problèmes avec la structure des données. Des informations sans doute importantes – mais uniquement comme étape secondaire, car vous souhaitez avant tout déterminer si le disque dur est physiquement en bon état et combien de temps il peut durer. Mais ceci n’est possible qu’avec les outils spéciaux du diagnostic S.M.A.R.T.

Que peut offrir un outil S.M.A.R.T. et que ne peut-il pas offrir ?

Cet outil effectue en général plusieurs tests différents avec le disque dur : par exemple, la vérification SMART rapide, par le biais de laquelle les indicateurs les plus importants (d’après la définition du fabricant) dans le firmware du disque dur sont interrogés : par ex. les secteurs défectueux, les secteurs réattribués, le nombre de démarrages en rotation de l’axe jusqu’à ce qu’il atteigne sa pleine vitesse (Spin Retry Counts), ou quelques autres. Les tests importants sont « Auto diagnostic du disque (DST) », « Test Court », ou « Test Long », pour lesquels chaque secteur du disque dur est lu, ce qui peut prendre énormément de temps. D’autre part, il y a également le petit et le grand test générique, qui fournit des rapports détaillés après le test, si des problèmes avec le disque dur sont détectés (aperçu des outils proposés).

Les outils S.M.A.R.T. propres aux fabricants

De nombreux fabricants de disques durs fournissent leurs disques durs avec leurs propres outils de diagnostic, lesquels peuvent lire un grand nombre d’informations importantes et les rendre disponibles à l’utilisateur. D’autre part, certains des outils peuvent également modifier les paramètres du disque dur. Cependant – et c’est une remarque très sérieuse – ils rejettent toute responsabilité pour une perte de données si des données importantes disparaissent à la suite de l’utilisation de ces outils !

Les informations données par ces outils fournis ou téléchargeables dépendent du fabricant en particulier. Dans tous les cas, ils peuvent établir une liste des défaillances d’un côté, et d’un autre côté, ils peuvent réparer les secteurs à problèmes. Comme ceci a été dit avant, – utilisez-les à vos risques et péril !

Voici quelques liens vers les outils de diagnostic gratuits de Seagate, Western Digital et Fujisu.

Les outils de diagnostic commerciaux

Par ailleurs, il existe également divers outils commerciaux (certains gratuits et d’autres payants) dont les étendues diffèrent beaucoup et qui offrent quelquefois des informations différentes. Ce qui les rend intéressants, c’est le fait qu’ils combinent différents examens de diagnostic en une seule solution. Outre les vérifications S.M.A.R.T et les diagnostics, ils offrent également des vérifications de benchmark et de benchmark de fichiers, une surveillance des disques, des scans d’erreurs, ainsi que des vérifications de la consommation d’énergie et de la température.

Ces outils complets gratuits (pour un usage personnel) sont par ex. CrystalDiskInfo, DiskCheckup, HD Tune, ou HDDScan. Les quatre outils sont faciles à utiliser et informent l’utilisateur sur l’état de santé du disque dur testé en très peu de temps. HDDScan est le seul parmi les quatre à tester les volumes RAID et à réaliser un test de surface sur ceux-ci. Avec ces fonctionnalités, le logiciel convient également comme outil de diagnostic rapide pour les environnements des sociétés plus modestes.

Les « smartmontools » (outils de surveillance S.M.A.R.T.) sont offerts pour un usage en environnements professionnels – si vous souhaitez utiliser une solution open source. Ils sont disponibles non seulement pour Linux, Mac ou Windows, mais également pour FreeBSD, NetBSD, OpenBSD, Solaris, OS / 2, Cygwin, QNX ou eComStation. Outre les disques individuels, les outils prennent également en charge les configurations RAID.

Speedfan est un autre outil. Ce qui le rend unique, c’est la possibilité d’afficher non seulement l’état de santé basé sur le S.M.A.R.T et d’autres indicateurs, mais également la durée de vie restante pronostiquée. Il utilise une base de données en ligne (« analyse en ligne en profondeur ») et compare les résultats qu’il a obtenus avec des disques durs comparables vérifiés préalablement et calcule ainsi la durée de vie restante du disque. Il est cependant conseillé d’être très expérimenté avec l’utilisation du programme avant d’effectuer des changements sur les paramètres, et risquer de modifier la vitesse d’un ventilateur et mettre le feu à l’appareil.

La même chose est vraie pour les outils logiciels les « plus dangereux » avec lesquels il est possible de diagnostiquer les disques durs : les outils de diagnostic Low-level HDD. Ces programmes à faible niveau peuvent également être utilisés pour identifier les disques durs qui ne sont plus détectés sous le système d’exploitation ou même dans le BIOS. Cet outil est MHDD. Outre la possibilité d’effectuer des scans avec S.M.A.R.T, cet outil peut également être utilisé pour externaliser les blocs défectueux vers les secteurs de réserve. Toutefois, ceci conduit naturellement au fait que cet espace, qui est normalement non accessible, soit à un certain moment plein, lui aussi. Si cela est fait trop souvent, il peut arriver que dans le cas d’un remapping « normal » (causé par le firmware du disque dur), plus aucun espace ne soit disponible à cet endroit. Alors il faut craindre non seulement une défaillance, mais également une perte de données (les données qui devraient être écrites sur le disque à ce moment). Par ailleurs, cet outil vous permet de supprimer automatiquement les blocs qui ont un long temps d’accès. En bref, cet outil devrait être utilisé sans exception par les utilisateurs qui a) sont familiers avec le sujet, et b) ont entièrement lu et compris le manuel.

Quel que soit l’outil de diagnostic que vous avez utilisé et qui vous a affiché une erreur S.M.A.R.T., cela ne veut pas dire que le disque dur s’arrête de fonctionner immédiatement. Cependant, lorsque cela se produit, il faut prendre en compte le fait qu’il est déjà dans un état de défaillance. Une panne totale peut alors survenir dans quelques minutes, dans quelques mois, ou – dans certains cas – seulement dans quelques années. Peu importe le temps que cela prend, vous ne devriez plus vous fier à ce disque dur et vous devriez arrêter d’y stocker des données.

Assurez-vous d’avoir sauvegardé vos données vers un autre support de stockage, tel qu’un disque dur externe, un CD, un DVD, ou une bande magnétique. Assurez-vous également d’avoir une sauvegarde récente, sachant que le disque peut vous lâcher à tout moment. Avec une sauvegarde à disposition, vous devriez également remplacer le disque actuel avec un nouveau dès que possible. Un disque dur qui ne passe pas un test S.M.A.R.T. avec succès ne doit pas être considéré comme fiable ! Même si votre disque dur n’est pas complètement défaillant, il pourrait endommager une partie de vos données. Bien sûr, le matériel n’est jamais parfait – les disques durs peuvent tomber en panne sans avertissement S.M.A.R.T. Néanmoins, vous pouvez tout de même considérer S.M.A.R.T. comme une sorte de technologie de pré-avertissement, indiquant que votre disque dur pourrait bientôt tomber en panne.
Copyright de l’image: Tookapic/www.pexels.com/ Licence CC0

Laisser un commentaire