Go to Top

Toshiba invente la lecture et l’écriture 3D des disques magnétiques !

Disque dur : lecture et écriture 3D

L’idée de Toshiba est de développer une tête magnétique capable d’écrire – et de lire – des données sur des couches de substrats empilées sur un même plateau en utilisant notamment des micro-ondes. On peut bel et bien parler de lecture/écriture 3D des disques magnétiques.


La technologie MAMR pour Microwave Assisted Magnetic Recording a été annoncée et présentée en Juillet 2015 au cours de la 20ème Conférence Internationale sur le Magnétisme (ICM) à Barcelone. Elle n’est pas sans rappeler le principe de la lecture et de l’écriture sur disques optiques multicouches utilisés depuis le DVD9 et autres Blu-Ray, et également certaines variantes de disques opto-magnétiques sortis depuis quelques décennies. Mais toute ressemblance s’arrête là : il n’y a aucune optique dans la technologie que veut développer Toshiba. Tout n’est ici que magnétisme et électromagnétisme.

Une technologie en cours d’amélioration

Le groupe japonais en est encore à l’étape de la recherche et du développement, ce n’est pas une technologie qui pourra voir le jour sous deux ou trois ans. Sur le principe, puisqu’il s’agit de 3D, cela signifie que l’on pourra enregistrer plusieurs données distinctes à un même endroit du disque – le nombre de bits dépendant du nombre de couches empilées. Dans le fonctionnement, il s’agit en fait de faire entrer en résonance une seule couche à un instant t et à un endroit précis grâce à une certaine longueur d’onde de l’émetteur de micro-ondes qui jouxte la tête magnétique.
Schematic diagram of a multilayer HDD
Si la bonne longueur d’onde est activée, la donnée de la couche 1, 2 ou d’une autre va se transformer et changer d’état. On pourra alors la lire ou l’écrire. L’écriture est en général l’étape la plus complexe, surtout si on pense empiler les couches. Il faut un apport d’énergie important pour inverser la polarité du média. L’apport de la fréquence des micro-ondes qui font entrer la couche en résonance n’est pas plus énergivore que dans le cas où la couche est au premier niveau d’empilement. La consommation d’énergie pourra même être plus faible dans certaines cas : tout dépend de l’intensité de la fréquence de résonance ferromagnétique de chaque couche.
Toshiba-MAMR-1507_2015-02

Toshiba à la pointe de la recherche

Pour situer le niveau où se trouve Toshiba en termes de recherche, l’accent est aujourd’hui mis sur la précision de l’élément de mise en résonance par micro-ondes afin qu’il puisse accéder à une écriture des bits de plus en plus fine sur le support. Avec sa technologie MAMR, Toshiba pense pouvoir multiplier par 10 la densité de stockage de la surface du disque par rapport à l’existant. De plus, Toshiba considère sa technologie comme plus intéressante que la technologie HAMR (Heat Assisted Magnetic Recording) utilisée notamment par Seagate car elle ne poserait pas certains problèmes thermiques de démagnétisation du support dans le temps.

About Olivier Pavie

Olivier Pavie est technologue, journaliste et écrivain français, expert en High Tech et systèmes d'information. Il a publié de nombreux ouvrages chez Osman Eyrolles Multimedia, Pearson Education, Campus Press, Peachpit Press et a été traduit en allemand, italien et anglais. Il partage sur le blog Kroll Ontrack les nouveautés technologiques ayant rapport à la récupération de données et aux disques durs ainsi que sa vision de spécialiste sur l'actualité informatique.

Laisser un commentaire