Go to Top

Stockage Défini par Logiciel et Hyper Convergence : l’intérêt pour le hardware a-t-il disparu ?

Les technologies de l’information dans l’entreprise sont soumises à un changement permanent. Non seulement le flux de données croissant, mais aussi le besoin de plus en plus important d’un accès rapide à l’information et d’une communication dite « juste-à-temps » conduisent à de nouvelles innovations technologiques pour faire face aux importants volumes de données. Dans cet article, nous souhaitons vous donner un aperçu des tendances majeures que sont le Stockage Défini par Logiciel (Software Defined Storages, SDS) et le stockage Hyper Convergence ainsi que les conséquences résultant de ces technologies, et d’autre part les défis en matière de gestion de stockage que les sociétés doivent relever au quotidien.

La fin de l’intérêt pour le hardware ?

Il n’y a pas si longtemps, les solutions en mémoire semblaient uniquement axées sur le hardware. Les principaux arguments concernaient la performance et la capacité, et se traduisaient souvent par l’acquisition de matériel plus rapide et de meilleure qualité. Le monde produit un volume de données qui s’accroit de façon exponentielle, jusqu’à 50000 exaboctets (1 exaoctet = 1 million de teraoctets) en 2020. La plupart des données sont générées par des milliards de nouveaux appareils, lesquels sont connectés à internet en permanence. Toutes ces données doivent être stockées et gérées. L’approche centrée sur le hardware a entraîné d’énormes contraintes vis-à-vis des fabricants, ainsi que des silos de stockage considérables. Par ailleurs, le personnel en charge de la gestion des données a besoin d’une formation spéciale, ainsi cette approche n’est sans doute plus la seule solution adaptée, dans un monde fait de virtuel et de cloud.

En quoi consiste exactement le concept de Stockage Défini par Logiciel

Le stockage de données sur un support est une fonction logicielle en soi. Le matériel pour le stockage de données arrive en fait seulement en second lieu et est largement dépendent du choix du média, des serveurs, des systèmes d’exploitation et des fabricants. En cela, l’approche du SDS de considérer le logiciel abstrait séparément de la fonctionnalité hardware est un développement naturel et évolutionnaire de l’architecture de stockage conventionnelle.

Le principal avantage du SDS est de simplifier le déploiement et l’usage de ressources de stockage. Les préoccupations concernant les LUN physiques, ports ou adresses de port pourraient appartenir au passé. Dans une infrastructure de stockage virtuelle, la complexité sur laquelle repose le provisionnement de volume de stockage dans une taille spécifique n’est pas perçue par les utilisateurs.

Il existe dans les entreprises d’aujourd’hui une certaine mentalité du « Faire plus avec moins », c’est pourquoi le SDS est considéré de façon erronée comme une solution, alors que peu de connaissances en tant qu’expert ou administrateur sont nécessaires pour accroître la performance tout en faisant des économies. Les administrateurs de Serveurs Virtuels possèdent souvent des connaissances limitées en technologies hardware, mais ils ont la responsabilité de garantir que les bonnes ressources de stockage sont rendues disponibles pour les applications et les données. Le SDS pourrait laisser entendre que des compétences spécifiques pour l’approvisionnement de ressources de stockage ne sont plus nécessaires.

Il s’agit cependant d’une hypothèse dangereuse ! La sous-traitance en expertise administrateur augmente la dépendance avec les vendeurs de matériel, en particulier lorsque des configurations spéciales sont requises, des problèmes surviennent ou des composants tombent en panne, et les seuls employés ne sont pas formés suffisamment. La responsabilité de l’infrastructure physique ne doit pas entièrement reposer dans les mains de fournisseurs externes. Les sociétés font souvent l’erreur d’actualiser leur infrastructure d’une part, mais en limitant la capacité de leurs propres employés à gérer les unités de stockage qu’ils ont créées eux-mêmes. Ce problème fondamental ne peut pas être résolu par le SDS, il offre simplement une interface utilisateur plus sobre et plus conviviale.

Infrastruce SDS : En quoi cela consiste

Toutefois, un argument important pour l’usage du SDS est l’amélioration de l’agilité des ressources de stockage. Lorsque les données virtuelles sont transférées d’un serveur hôte à un autre, les liens vers le stockage backend sont renouvelés automatiquement, un re-hosting n’est désormais plus nécessaire. Par conséquent, l’objectif ultime du Stockage Défini par Logiciel est la séparation du contrôle au niveau du stockage et au niveau du matériel, afin que les ressources puissent être facilement fournies pour les utilisateurs et les applications.

Pour bénéficier pleinement des avantages du SDS, il convient d’acquérir une technologie véritablement indépendante, tant vis-à-vis du hardware que des hyperviseurs (Manager de Machines Virtuelles – VMM), afin d’éviter les contraintes coûteuses causées par la dépendance aux fabricants.

Conclusion : Quelle que soit la solution de stockage que vous ou votre société décidez de mettre en œuvre, une planification méthodique à l’avance et des experts bien formés sont nécessaires. Les conséquences d’une négligence de cet aspect sont particulièrement évidentes dans le cas d’une perte de données due à la défaillance de composants individuels ou à des actes malintentionnés. Il arrive alors souvent que non seulement les dommages sont beaucoup plus grave lorsqu’il est question d’actions malhonnêtes, mais d’autre part la complexité d’une récupération de données ultérieure peut s’avérer largement plus grande.

 

Laisser un commentaire