Go to Top

SQL ou autres bases de données : avantages et inconvénients de la virtualisation (1/2)

Depuis maintenant un certain temps, la virtualisation prévaut systématiquement dans les entreprises. Et comme avec la virtualisation actuelle des applications de bureau, des serveurs ou des appareils de stockage, l’exploitation de bases de données dans des appareils virtuels offre également des avantages indéniables.


Outre l’utilisation optimale du matériel informatique, les économies d’électricité réalisées, le fait d’éviter ou de limiter l’achat d’un nouvel équipement et une simplification dans la gestion de la base de données, la virtualisation offre, en particulier pour les systèmes de bases de données très gourmands en ressources pour la GRC, le PGI ou la veille économique, encore plus d’avantages.

Les avantages de la virtualisation

  • Migration en direct : des bases de données virtuelles peuvent être déplacées d’un serveur physique vers un autre sans interruption de fonctionnement.
  • Déploiement simple et rentable de solutions à disponibilité élevée
  • Déploiement flexible, dynamique et automatisé de nouvelles instances et ressources de système lorsque cela est nécessaire (extensibilité)
  • Possibilité d’un développement de base de données souple : utiliser des appareils virtuels différents avec des systèmes ou des versions de bases de données différent(e)s permet le développement ou la réalisation de tests dans le cadre du principe essais et erreurs du développement du logiciel souple. Différents supports de système peuvent être ajustés, modifiés ou supprimés sans trop de difficultés et sans le risque d’altérer les bases de données « achevées » dans certaines circonstances.
  • Disponibilité améliorée : en séparant les appareils virtuels les uns des autres, le système complet peut continuer de fonctionner correctement sans sacrifier le rendement lorsque des problèmes surviennent sur un seul appareil virtuel.

Il n’est pas étonnant que la virtualisation des bases de données augmente aussi de plus en plus. Mais malgré ces avantages, elle peut également avoir des inconvénients si l’application est menée trop rapidement et sans préparation suffisante. Car il y a plusieurs éléments à considérer lorsque vous mettez en place la virtualisation d’une base de données. Des problèmes peuvent survenir en particulier dans certains cas…

Les inconvénients de la virtualisation

  • Virtualisation avec deux appareils informatiques de petite taille : les bases de données ont généralement besoin de nombreuses ressources, que ce soit dans un système réel ou virtuel. Les systèmes de bases de données virtualisées basés sur Microsoft SQL Server, ainsi que sur Oracle et d’autres, ont besoin, tout comme les « vraies » bases de données, de processeurs puissants et surtout d’une mémoire importante pour que toutes les données soient traitées de manière rapide par le système. Si ces critères ne sont pas fournis par l’appareil virtuel, cela peut entraîner une dégradation du rendement significative.
  • Licences : dans certains cas, comme avec des bases de données Oracle plus anciennes, les licences des bases de données précédentes ne peuvent pas être transférées 1:1 vers un système virtualisé, étant donné que les charges sont liées au rendement (potentiel) du système et non à ce qui est réellement utilisé. Il est alors important avant une transition de considérer en premier lieu le nombre d’instances et de processeurs qui vont être utilisés pour obtenir une comparaison entre le coût d’un serveur de base de données physique et ses homologues virtuels.
  • Expertise de l’équipe insuffisante ou inexistante : les bases de données sont par nature complexes, la virtualisation ne change rien à ce fait. La nouvelle technologie est associée à une couche de virtualisation supplémentaire qui ajoute une certaine complexité pour les administrateurs de bases de données. Si, dans l’entreprise, aucune différenciation n’est faite entre les administrateurs de virtualisation et les administrateurs de bases de données, alors l’employé doit acquérir des connaissances poussées en virtualisation de bases de données en plus de son savoir-faire « habituel ».
  • Manque d’échange ou de coopération entre les administrateurs informatiques et les administrateurs de bases de données : beaucoup d’administrateurs de bases de données n’ont pas de véritable accès aux profondeurs de la couche de virtualisation, étant donné qu’elle est gérée par les administrateurs informatiques. Lorsque des problèmes liés à une base de données virtuelle surviennent, causés par une anomalie dans l’appareil virtuel ou le système virtuel, cela entraîne souvent de longs retards dans la résolution du problème.

Le dernier point en particulier, comme le prouvent les expériences vécues par les spécialistes en récupération de données de Kroll Ontrack, doit être souvent revu de manière significative dans les entreprises. Car comme avec les pannes fréquentes des systèmes virtuels, les causes liées à la disparition des bases de données virtuelles reposent souvent sur…

  • Des volumes de magasins de données VMware reformatés,
  • Des volumes de magasins de données VMFS endommagés,
  • Des systèmes de fichiers invités endommagés,
  • Des fichiers virtuels corrompus (VMDK/VHD) ou
  • Des systèmes de fichiers accidentellement supprimés (VMDK ou VHD).

Il semble donc que ce ne sont pas exclusivement des pannes ou des défauts matériels qui entraînent la panne ou la disparition de données virtuelles ou de bases de données virtuelles mais, dans de nombreux cas, l’erreur humaine. Dans le cas présent, l’administrateur de base de données responsable est souvent submergé lorsque qu’un événement imprévu survient.

 

Continuez votre lecture : SQL ou autres bases de données :
avantages et inconvénients de la virtualisation (2/2)

 

Mais quelle décision prendre à présent : faut-il virtualiser ses bases de données ou non ? Dans la seconde partie de cet article, nous donnons la réponse à cette question et fournissons des pistes essentielles concernant ce à quoi il faut faire attention lorsque vous effectuez une virtualisation de base de données.

Laisser un commentaire