Go to Top

Les risques associés au stockage sur cartouches magnétiques

Depuis de nombreuses années, les cartouches magnétiques constituent un des supports de sauvegarde les plus populaires auprès des professionnels. Solution de stockage ayant fait ses preuves, elle est encore largement adoptée par les entreprises, même si elle semble un peu dépassée en comparaison des nouveaux modes de stockage comme le Cloud.


Les raisons pour lesquelles les cartouches restent populaires sont multiples. Prix avantageux, espace de stockage hors norme, durées de conservation de plusieurs années… On comprend vite pourquoi les utilisateurs y sont autant attachés.

Malgré tout, il n’est pas rare de voir que les données stockées sur des supports conservés localement ou en extérieur sont laissées à l’abandon jusqu’à ce qu’on daigne leur retrouver une quelconque utilité. En réalité, il existe de nombreux risques associés au stockage sur cartouches, que les professionnels devraient connaître et accepter en toute connaissance de cause. Cet article a pour objectif de les sensibiliser à ces risques, afin qu’ils puissent déterminer avec certitude si cette solution est la plus adaptée à leurs besoins.

La dégradation des données

Bien que les cartouches magnétiques puissent conserver des données durant plusieurs décennies,  en usage quotidien normal, de nombreux éléments peuvent conduire à la dégradation progressive de leurs contenus, pouvant dans le pire des cas rendre toute lecture impossible. Exposées à la chaleur, l’humidité, au sable, aux maladresses, aux forces électromagnétiques et à l’usure, les cartouches peuvent voir leur espérance de vie considérablement réduite, et nécessiter l’intervention d’un professionnel en cas de perte de données.

De plus, tout comme les autres équipements technologiques, les cartouches sont vulnérables aux catastrophes naturelles. Des inondations peuvent les rendre inutilisables, de même les flammes sont une réelle menace pour les données stockées dans un support unique dont il n’existe aucune sauvegarde.

La conservation des données inutiles

Autre problème récurrent déjà évoqué : les professionnels ont tendance à ne plus prêter attention aux données stockées sur cartouches. En effet, une fois expédiées sur un site de stockage extérieur, elles sont laissées à l’abandon, alors que certaines devraient être effacées.

 

Lire aussi : Comment préserver vos cartouches magnétiques ? (1/2)

 

A titre d’exemple, si vous avez sauvegardé les bases de données d’un client sur des cartouches, vous pouvez matériellement les conserver des années, même dans les cas où vous n’êtes plus du tout en affaire avec leur propriétaire. Vous irez alors à l’encontre des réglementations sur l’effacement des données, car une entreprise peut subir un important préjudice si jamais une fuite survient. C’est pour cette raison qu’il convient d’utiliser des solutions  fiables d’effacement  définitive des données.

L’effacement des données importantes

A contrario, l’effacement par erreur des données que les professionnels sont tenus de conserver est un autre souci majeur. De nombreux incidents passés ont marqué des entreprises tenues de fournir d’anciennes données lors d’audits ou d’enquêtes internes, qui n’ont pas pu s’acquitter de leurs obligations car les fichiers demandés avaient été effacés depuis longtemps. Pour éviter les sanctions, les professionnels doivent avoir une idée précise de ce qu’ils sont tenus de conserver, et pour combien de temps.

Alors, que faire ?

Afin de minimiser les risques liés au stockage sur cartouches, il est recommandé de :

  • Toujours disposer d’une sauvegarde de ses fichiers « critiques ». En procédant de la sorte, les entreprises ne seront jamais totalement paralysées en cas d’incidents ponctuels causant une perte de données,
  • Garder un œil sur ses supports de stockage pour prévenir les risques de dégradation. Le choix du site de conservation est décisif: la température devra y être stable et l’humidité peu présente. Les constructeurs recommandent traditionnellement une température allant de 18 à 21° C et entre 40 et 50% d’humidité. Ces recommandations sont destinées à un stockage optimal, mais les comités des normes reconnaissent que les cartouches peuvent supporter malgré tout des températures plus basses et un taux d‘humidité plus important,
  • Chiffrer les données des cartouches stockées hors site,
  • Mettre en place une politique d’effacement des données pour tous les documents qui ne sont plus nécessaires aux échanges professionnels,
  • Procéder réguliérement à l’audit des cartouches,
  • Avoir un plan de secours pour la récupération des données quand les serveurs tombent en panne (matériel défectueux ou catastrophe naturelle),
  • Parer à toute éventualité et définir des mesures à suivre quand une perte survient.

On ne cessera jamais de le répéter, « il vaut mieux prévenir que guérir ». Si les professionnels attendent l’arrivée d’un problème au lieu de l’anticiper, il sera déjà trop tard, et ils devront assumer les frais liés à un éventuel remaniement stratégique nécessaire à la continuité des activités de leurs entreprises.

Laisser un commentaire