Go to Top

Récit d’une migration Exchange difficile

Mettre à jour ou ne pas mettre à jour …

Les mises à jour système, que nous les aimions ou non, font partie intégrante de notre monde technologique. Cependant, dans un effort de réduction de coûts, de nombreuses organisations y sont réticentes. Lorsqu’une mise à jour est finalement approuvée, plusieurs systèmes complexes sont souvent mis à jour à la fois. Les multiples mises à jour peuvent entrainer une baisse de la productivité des utilisateurs, ou au pire – la perte de données critiques lors du processus de migration. Cet article suit l’histoire d’une société qui a été contrainte de mettre à jour trop de ressources informatiques à la fois parce qu’elle ne disposait pas des ressources nécessaires pour le faire au fur et à mesure.

Une migration difficile 

Une grande société de services et de produits avec de multiples bureaux à l’international a accepté un projet « Exchange 2010 migration » qui affecterait l’ensemble de ses espaces de travail. La portée migratoire était de 20 bureaux, trois domaines de réseau, et plus de 6000 boîtes aux lettres utilisateurs, et inclus les services BlackBerry® Enterprise Server (BES), Outlook Web Access (OWA), et l’introduction de serveurs Microsoft® Forefront® à l’infrastructure.

Le plus grand défi dans la réalisation du projet a été le retard dans la consolidation de l’Active Directory (AD) de Windows® Server qui était lancé depuis presque un an. Comme l’entreprise a connu une expansion très rapide, la plupart des bureaux satellites ont mis en place leurs propres domaines en se basant seulement sur une relation de confiance avec le domaine du siège de l’entreprise. Pour cette raison, les utilisateurs de ces bureaux satellites ne pouvaient pas se connecter au domaine de l’administration centrale et accéder à des ressources d’entreprise, même lorsque les utilisateurs ont été ajoutés avec des droits d’accès.

Plus de raccourcis = plus de risques

Au fil des ans, des raccourcis ont été pris pour permettre l’accès des utilisateurs aux systèmes de l’entreprise. Certaines de ces solutions rapides augmentent la complexité des comptes utilisateurs et introduit même des risques de sécurité. Par exemple, un bureau satellite rencontrait toujours des problèmes d’accès, mais recevait rarement des conseils informatiques pour les résoudre. Le chef du bureau était alors tellement frustré qu’il a pris les choses en main et a ordonné l’installation d’une deuxième ligne Internet au bureau, la mise en place d’une connexion avec le siège de l’entreprise et le contrôle à distance d’un ordinateur pour accéder au système CRM de l’organisation.

C’est avec un risque très élevé que la connexion accédait à Internet à partir du bureau satellite et se connectait à l’organisation par le biais d’un port réseau. Lorsque le département de la sécurité informatique a découvert cette connexion non autorisée, il l’a immédiatement stoppée.

L’ingénieur informatique travaillant sur la conception de l’AD voulait recommencer et reconstruire les systèmes à partir de rien. Malheureusement, le nombre de comptes utilisateurs et les dépendances que l’organisation avait dans son réseau ont rendu impossible une reconstruction complètepas une option viable.

Qu’est-il arrivé ?

Le service informatique a engagé la collecte systématique de tous les systèmes en place dans chaque bureau et a commencé à se documenter sur un processus de mise à niveau qui viendrait compléter le déplacement de l’AD et jeter les bases de la migration Exchange 2010. Les impacts ont été plus importants que prévu et l’ensemble du projet a pris 18 mois – soit six mois de plus que prévu.

Une des migrations les plus complexes concernait le système BES. Il n’y avait pas assez de ressources pour effectuer l’ensemble de la migration et, par conséquent, des instructions spécifiques ont été écrites pour que les utilisateurs réalisent la mise à jour de leur messagerie sur leurs téléphones mobiles.

Est-ce un succès ?

Cette société a utilisé Ontrack PowerControls pour extraire les boîtes aux lettres utilisateurs et les copier durant le processus de migration test. En outre, il a été utilisé pour accéder rapidement à des bandes d’archives contenant des banques d’informations, dans le but d’extraire des messages à partir de sauvegardes pour les utilisateurs qui n’avaient pas suivi les instructions de migration BES.

Ce projet a été long et fastidieux, il a fallu faire preuve de diligence et de patience pour travailler à travers les différentes phases et étapes de ce projet. Pourtant, avec le personnel informatique avertis et grâce à l’utilisation d’outils supplémentaires pour effectuer le travail, cette migration s’est révélé être un succès.

Laisser un commentaire