Go to Top

De la récupération d’un datacenter à la reprise après sinistre

Lorsqu’un client perd la majeure partie de son data center à cause d’un dégât des eaux, ce n’est pas une situation à prendre à la légère. Nous avons récemment reçu un appel d’urgence correspondant exactement à ce cas de figure : une entreprise a été victime d’une rupture de canalisation provoquant l’inondation et la dégradation matérielle de certaines sections de son data center. Nous nous sommes immédiatement mis au travail.

Le client nous a envoyé 10 baies pour un total de 1400 lecteurs. Il s’agissait d’un mélange de plusieurs dispositifs de stockage (lecteurs SAS, SATA et FC d’EMC, IBM et Oracle) provenant de différents fabricants. La gestion logistique du transport à elle seule représentait déjà un défi. Pour gagner du temps, le client nous a envoyé des baies entières pour que nous puissions commencer à travailler immédiatement.

Chaque rack a été inspecté et inventorié. Kroll Ontrack a découvert des dégâts des eaux visibles sur le premier ensemble de baies. Ces dégâts des eaux avaient touché les lecteurs, les étagères, les alimentations électriques des processeurs de stockage et les unités de contrôle pour l’équipement.

 

Lire aussi : Hyper-V, élaborez dès l’installation
une stratégie de reprise après sinistre

 

Chaque lecteur a ensuite été retiré de son boîtier d’origine et inventorié (associé à un numéro d’inventaire). Une fois étiquetés, les supports ont été transférés à l’équipe de Services d’Ingénierie pour triage. À ce moment-là, chaque support a été inspecté et une décision a été prise pour savoir s’il fallait imager dans les services d’ingénierie (pas de dégât ou de contamination) ou transférer les supports vers la salle blanche pour un travail supplémentaire à l’aide de nos outils et techniques brevetés (contamination, dégâts visibles, lecteurs non fonctionnels). Tous les supports ont été imagés (copie secteur par secteur) et des rapports détaillant les résultats du processus d’imagerie ont été fournis au client.

Lors du processus d’imagerie, nous devions avoir la capacité nécessaire pour accueillir toutes leurs données. Quelques ajustements rapides mais considérables ont été pratiqués sur notre centre de données pour que nous puissions passer à l’acte.

Accompagner le client jusqu’à la reprise de l’activité

Après la récupération, la réparation et la restauration des données – un véritable tour de force avec 1491 lecteurs – les systèmes ont été reconstitués et contrôlés sur le plan matériel et électronique pour être en condition de marche. C’est fini… Correct ? Faux !  Une fois l’équipement renvoyé au client en état de marche, ce fut le moment pour lui de reconstruire son centre de données. Ceux qui travaillent dans le stockage d’entreprise savent que vous ne pouvez pas vous contenter d’installer les supports et de les brancher dans le mur. Nous avons travaillé avec le client pour restaurer tous les disques à partir du point de défaillance pour que toutes les données soient présentes. Lorsque des systèmes de stockage plus anciens fonctionnent avec des équipements plus modernes, de multiples fabricants et logiciels, il y a nécessairement quelques échecs avant que tout ne fonctionne ensemble de manière fluide. Nos ingénieurs ont aidé notre client en travaillant avec lui et les équipementiers pour résoudre les problèmes et obtenir l’équipement adéquat jusqu’à ce que tout soit en état de marche.

Le travail réalisé peut se résumer comme suit :

  • Plus de 15 employés Kroll Ontrack des pôles ingénierie, logistique, ventes et du support technique en contact constant avec le client durant la totalité du processus,
  • 1 491 disques durs imagés,
  • 1,2 petaoctets de données traitées et stockées jusqu’à ce que le centre de données du client soit pleinement opérationnel,
  • Le data center du client était pleinement fonctionnel en l’espace de 2,5 semaines. Incroyable quand on pense à la durée que prend la construction complète d’un centre de données sans la récupération préalable des données,
  • La récupération de données d’un centre de données qui se transforme en reprise d’activité après sinistre = récupération de données réussie !

Laisser un commentaire