Go to Top

Hyper-V : Élaborez dès l’installation une stratégie de reprise après sinistre

Hyper V : Élaborez dès l’installation une stratégie de reprise après sinistre

D’après Microsoft, les grandes entreprises perdent entre 80 000 et 90 000 dollars (63 000 à 71 000 euros) pour chaque heure d’indisponibilité. Ces pertes se produisent indépendamment du fait qu’une entreprise exploite un serveur virtuel ou physique. Il est donc important dans tous les cas d’avoir au préalable un plan efficace de reprise après sinistre afin de limiter, voire d’éviter complètement la perte de données.

La récupération de serveurs virtuels a la réputation d’être plus facile que celle de serveurs physiques. Comment élaborer alors une stratégie pertinente de reprise après sinistre pour Hyper-V ?

Concentrez-vous sur les sauvegardes de fichiers

Votre installation Hyper-V réside en tant que groupe de fichiers sur le disque dur du serveur hôte. Tout plan d’urgence doit donc s’assurer que ces fichiers sont sauvegardés régulièrement.

Si vos serveurs virtuels ont été configurés pour utiliser l’espace de disque virtuel alloué dynamiquement, vous devez essayer de calculer le taux de croissance attendu. Choisissez ensuite une approche de sauvegarde capable de prendre en charge la quantité de données attendue.

Réalisez les enregistrements appropriés

Comme le serveur virtuel est intrinsèquement basé sur des fichiers, il est relativement facile de définir quelles données doivent être sauvegardées dans votre environnement Hyper V. Toutefois, pour pouvoir récupérer vos données le plus rapidement possible en cas de sinistre, vous avez besoin de savoir exactement comment reconfigurer votre serveur perdu.

 

Lire aussi : 5 conseils à appliquer
après une perte de données en environnement virtuel

 

Il est extrêmement important de conserver l’enregistrement complet sur la structure du serveur virtuel, afin que vous puissiez configurer une nouvelle machine et y restaurer ensuite directement les données. En conséquence, votre documentation doit inclure tous les détails nécessaires, tels que les processeurs utilisés, la mémoire virtuelle, l’espace disque et les configurations réseau. Au même titre que l’enregistrement de la configuration dès le premier déploiement, la documentation doit être complétée et mise à jour chaque fois qu’un changement est apporté.

Toujours se préparer au pire

Des accidents peuvent et vont se produire. L’image de votre disque dur tombe en panne, la sauvegarde ne fonctionne pas, une machine virtuelle est supprimée par mégarde ou le serveur de données de la matrice RAID plante… tout peut mal tourner ou presque, avec dans le pire des cas votre serveur qui est paralysé.

En conséquence, une stratégie de reprise après sinistre vraiment performante s’efforce d’identifier et d’atténuer les risques potentiels à l’avance, mais une malheureuse combinaison d’erreurs et de perturbations pourrait entraîner l’apparition de vulnérabilités. À ce stade, il vous reste à recourir à l’ultime possibilité : une option de récupération de données pour extraire les données « perdues » du disque dur. Un outil spécial tel que Ontrack EasyRecovery Enterprise peut dans ce cas aider à sortir du trou noir lorsque la sauvegarde est défaillante. Il est bien sûr aussi possible de faire appel à une entreprise spécialisée dans la récupération de données.

Ne négligez pas les sauvegardes dans votre installation de Hyper-V et votre stratégie de reprise après sinistre. Grâce à une planification précoce (dès le processus de déploiement) des situations catastrophiques susceptibles de survenir, vous serez en bien meilleure position pour traiter les problèmes lorsqu’ils surviendront.

Laisser un commentaire