Go to Top

Comment éviter les coûts inutiles lors de la mise à jour vers Windows 10

Il y a environ 8 mois, Microsoft a officiellement sorti son nouveau système d’exploitation dans le monde, Windows 10. Jusqu’à présent, les chiffres parlent d’eux-mêmes ; Microsoft déclare ainsi que ce mois-ci, plus de 200 millions de dispositifs actifs sont sous Windows 10. De nombreux avis se sont répandus concernant le nouvel OS, dont certains sont compréhensibles, surtout compte tenu de l’imperfection de Windows 8.1 aux yeux de nombreuses entreprises. Cependant, il a été largement remarqué, que Windows 10 est une amélioration considérable par rapport à la version précédente et surtout dans de nombreux domaines où l’OS n’était pas à la hauteur auparavant.

Si votre entreprise compte effectuer une migration vers cette nouvelle plate-forme, vous avez sûrement eu une conversation au sujet de combien cela va coûter, à part les implications commerciales probables et les risques potentiels de migration impliqués. Avec une telle importance et un projet aussi long, comment pouvez-vous rester dans votre budget et éviter des dépenses hors de contrôle ?

Avoir les bons outils

Tout d’abord, un point important est d’évaluer si votre matériel informatique est compatible avec les exigences de Windows 10. Cela ne devrait pas poser de problème si vous êtes déjà sous Windows 7 ou 8.1 ; cependant, tous les périphériques existants que votre entreprise peut utiliser, doivent tester leur compatibilité avec Windows 10. Les dispositifs auxiliaires tels que les souris, les claviers, les écrans, les imprimantes et les scanners que vous voulez conserver, doivent être testés avant la migration. Vous trouverez peut-être ici vos premières économies en réutilisant vos anciens équipements et éviter d’en acheter de nouveaux ; il suffit de vérifier en ligne, avec le fabricant, pour tester si vos appareils sont déjà compatibles avec le nouveau système d’exploitation. Si elles ne le sont pas, vous pourriez être en mesure d’installer simplement de nouveaux pilotes pour votre vieux matériel et ainsi, éviter l’achat d’un nouveau, qui serait alors inutile. Votre budget vous en remerciera !

Licence d’utilisation

Encore une fois, si vous utilisez déjà une version récente de Windows, il est probable que la plupart de vos logiciels fonctionneront avec Windows 10, un peu comme votre matériel. Mais, une transition facile n’est pas garantie. Vérifiez auprès de vos fournisseurs la compatibilité de votre logiciel. Y a-t-il des points d’accroc ou de coût de mise à niveau  impliqués lors de la migration ? Est-ce que votre logiciel actuel fonctionnera sans accroc sous Windows 10 ? Il est préférable d’obtenir autant d’informations que possible à l’avance afin que vous puissiez planifier en conséquence. Vous pouvez également profiter de cette occasion pour faire le point de toutes les licences de vos logiciels actuels. Vous pouvez constater que vous êtes en mesure de réduire les coûts dans certains domaines grâce à la virtualisation ou tout simplement de se débarrasser de certaines licences si vous avez des logiciels qui ne sont pas suffisamment utilisé pour justifier des coûts supplémentaires.

La gestion des périphériques mobiles

Il est également intéressant de mettre en place une politique d’utilisation de périphériques mobiles pour votre entreprise afin de réduire les coûts. L’intégration du BYOD (Bring Your Own Device), si vous ne l’avez pas déjà adopté, peut être une grande aide pour réduire les dépenses en interne tout en donnant accès aux employés, à leurs appareils préférés. Couplé avec les nouvelles capacités et améliorations des Mobile Device Management (MDM) que Windows 10 offre (considérablement amélioré par rapport à la boite à outils de Windows 8.1), cette approche peut vous aider à réduire sur la 3e partie des applications logicielles de MDM et ensuite réaliser des économies supplémentaires.

Ne soyez pas pris en post-migration

Un autre point important à penser, est la récupération après une perte de données. Avec quelque chose d’aussi important que la migration du système d’exploitation, il est essentiel de revoir et de mettre à jour votre plan de récupération et de le tester, en particulier si vous apportez un nouveau matériel. Cela aidera à atténuer les temps d’arrêt en cas de catastrophe et d’identifier les points de tension dans votre configuration actuelle. Il est également sage à ce stade d’inclure les coordonnées d’une entreprise fiable de récupération de données dans le cadre de ce plan, veillant à ce qu’ils aient des solutions disponibles pour les technologies que vous employez. Assurez-vous que vous ne soyez pas pris trop sur le fil et planifiez à l’avance toute éventualité. Vous minimiserez ainsi les perturbations et gagnerez du temps et de l’argent si vous avez besoin d’invoquer votre plan de récupération en cas de désastre.

Doucement mais sûrement

Avec toutes les nouvelles capacités et fonctionnalités, il est tentant de plonger directement dans Windows 10 à la hâte. Cependant, comme toute activité de migration planifiée, il est toujours préférable de penser à l’avance, prévoir tous les problèmes potentiels et de prendre votre temps sur vos  décisions. Se laisser un peu plus de temps, et poser des questions pré-migration sera payant post-migration et ainsi permettra d’éviter des coûts supplémentaires, et donc d’augmenter le budget informatique inutilement. Vous avez souvent une seule chance avec ce type de projet, il est donc essentiel de le réussir au premier coup, et de vous assurer que vous avez toutes vos bases couvertes. N’oubliez pas d’impliquer également toutes les parties prenantes lors de la prise de décisions, pour garantir que tous les obstacles potentiels soient identifiés tôt, et que les solutions de contournement appropriées soient trouvées. Vous économiserez des ressources à long terme.

Laisser un commentaire