Go to Top

Dossier Effacement de données (5/5) – Effacement Professionnel : quand acheter les outils et à quel prix ?

Dossier Effacement de données

Pour les professionnels, l’effacement sécurisé de données sur différents supports est réalisé par des logiciels spécialisés pour l’ensemble des médias, et par un démagnétiseur quand il s’agit de la fin de vie des disques durs magnétiques. Quand acheter les outils et à quel prix ?

Lorsque l’effacement sécurisé est nécessaire, c’est que l’on est dans l’expectative de se débarrasser d’un support de données pour sa destruction ou sa réutilisation dans un autre but; l’objectif étant de se garantir de se protéger contre une éventuelle récupération de données par un tiers malfaisant, quel qu’il soit.

Alors quand le faire soi-même ou le sous-traiter ? Car acheter les outils revient bien à cette simple question. On peut déjà scinder deux groupes : les sociétés qui n’ont aucune activité informatique interne, ni personnel spécialisé, et celles qui disposent d’au moins une personne dédiée à l’entretien du parc informatique et de l’infrastructure réseau. Les premières n’ont aucun intérêt à traiter elles-mêmes ces opérations. Dans le second cas, tout dépend du travail à réaliser.

Ce qu’il faut savoir, c’est qu’un logiciel d’effacement va être utilisé sur un ordinateur ou un serveur sur lequel on pourra connecter d’une manière ou d’une autre le ou les disques à effacer. L’effacement d’un disque magnétique peut facilement prendre plus de 12 h en fonction de sa capacité, bien moins lorsqu’il s’agit d’un disque ou d’une clé USB de technologie SSD. Le prix d’un logiciel est d’une centaine d’euros avec une licence annuelle comme le fait Ontrack Eraser pour une société jusqu’à 50 salariés ; c’est le genre de licence qui permet d’effacer autant de disque que l’on souhaite durant un an. Il y a aussi le coût à l’effacement et différentes autres formules. Avec cette base de tarif pour un effacement professionnel, on s’aperçoit vite que le coût n’est pas celui du logiciel mais bel et bien de la main d’œuvre et de la connaissance du processus qui s’avère le plus élevé.

Chargé de détruire les données en même temps qu’il rend inutilisable le disque dur sur le plan mécanique, le cas du démagnétiseur est spécial. Déjà, c’est un appareil qui ne peut traiter que les supports magnétiques, que ce soient les cartouches, les disquettes, les disques durs ou autres, de surcroît destinés à la destruction. On va trouver ce genre d’appareil à un coût allant de 6.000 à 20.000 euros sur le marché en fonction notamment de sa puissance magnétique, et donc de la vitesse à laquelle il va détruire les données. L’un des meilleurs est le modèle Ontrack Eraser Degausser  qui est automatisé et détruit les données en 5 s chrono, quelle que soit la capacité du disque. Il va de soi que les principales motivations d’un tel achat de matériel tiennent au nombre de disques à effacer, à une absolue nécessité d’effacer les données de manière 100% fiable, à un endroit donné, rapidement, sans risquer le transport des disques avant qu’ils n’aient été effacés.

En fin de compte, l’effacement est un processus important à intégrer dans le cycle de vie des médias; la manière de le mettre en œuvre et de l’assurer de manière sécurisée dépend, elle, d’une problématique plutôt liée à l’organisation, aux compétences, au coût et aux besoins réels, comme tout projet initié dans une entreprise.

Retrouvez tous les articles de notre Dossier Effacement

Laisser un commentaire