Go to Top

Dossier Cloud (1/5) : le PaaS, pour qui pourquoi ?

Dossier Cloud

Le principe du PaaS est de mettre à disposition un ordinateur virtuel en Cloud sur Internet. Tout est alors permis, avec les avantages et les risques qui vont avec. Alors, le PaaS, pour qui et pourquoi ?

En matière de Cloud, le PaaS signifie Platform as a Service. C’est-à-dire qu’au lieu d’utiliser des logiciels installés dans le Cloud en tant que service selon l’appellation SaaS (Software as a Service), on y utilise directement des ordinateurs ; un moyen d’y installer ce que l’on veut comme si on louait un ordinateur équipé de Windows Server, de Linux, etc., avec tous les avantages du Cloud. Selon ce principe, les utilisateurs de ces machines sont toutes les sociétés capables d’administrer leur propre serveur pour leurs propres besoins. Inutile en revanche de chercher à utiliser ces services si vous ne pouvez pas compter sur un bon administrateur de serveur, qu’il soit en interne ou en externe. Pour les usages à proprement parler de cet ordinateur dans le Cloud, c’est tout ce que vous pouvez utiliser en interne sur un serveur, que vous voudriez passer en Cloud pour plusieurs raisons dont une toute simple : l’utilisation des services d’un logiciel que vous ne pouvez pas trouver en services SaaS. Pour ce qui est des avantages du PaaS: vous y gagnez en coût d’acquisition, en coût de maintenance, en énergie, en coûts de Telecom, etc.

Côté fonctionnement

Qui dit ordinateur dans le Cloud dit ordinateur virtuel, dont la puissance et l’équipement virtuel sont directement adaptables en fonction des besoins. Sur la plateforme Windows Azure par exemple, vous choisissez la puissance du processeur, la mémoire, le disque dur,… C’est là un des premiers avantages de ce dispositif : plus besoin d’acheter un serveur qu’il faudra amortir sur plusieurs années alors qu’il sera déjà obsolète au bout d’un ou deux ans.

Deuxième avantage de ce type de plateforme : la sécurisation. Etant donné que vous disposez d’une machine taillée pour vos besoins propres, vous y installez les services logiciels que vous voulez : vos outils de travail et la panoplie de sécurisation d’accès. Tout dépend quasiment de vous et de votre organisation. En fonction des plateformes, vous avez néanmoins plus ou moins de sécurisation sur l’accès à l’administration de la machine : à vous de l’améliorer puisque c’est votre machine. Notez toutefois que sur certaines plateformes, l’accès est surprotégé ; les login et mots de passe sont tels que le seul risque tiendrait plutôt dans une faille trouvée dans le système d’administration des machines virtuelles.

Et pour les données ?

Pour les données, l’avantage du PaaS est encore une fois de pouvoir profiter de votre propre ordinateur. Vous pouvez y installer le logiciel de sauvegarde de vos données que vous souhaitez. Vous n’êtes pas obligé de garder la sauvegarde sur la même machine que celle que vous utilisez, et c’est même conseillé. Pourquoi ne pas utiliser du coup les services d’une  plateforme SaaS de sauvegarde ? On le comprend aisément, le PaaS est bel et bien un service de type Cloud qui s’affranchit des problèmes classiques d’infrastructure et de limitations de machine. Le PaaS se marie avec des infrastructures existantes du moment que la partie liaison Internet a été pensée en conséquences.

Retrouvez tous les articles de notre Dossier Cloud

Laisser un commentaire