Go to Top

Comment contrôler son ombre numérique ?

Ombre numérique

La plupart des gens naviguent chaque jour sur Internet de manière parfaitement naturelle, sans aucune restriction, et utilisent intensivement ce que le Web a à offrir. L’accès au web est toujours disponible grâce aux possibilités techniques en constant développement et, par conséquent, le nombre d’appareils qui communiquent continuellement avec Internet augmente de jour en jour.

La variété des appareils n’est pas le seul élément à entrer en ligne de compte. Les activités quotidiennes traditionnelles font également exploser l’univers numérique : les emails, les SMS, les fichiers vidéo, les téléchargements de fichiers musicaux MP3, les activités bancaires en ligne, le cloud computing, sans oublier l’interactivité par l’intermédiaire des réseaux sociaux permettent l’augmentation rapide de la quantité d’informations que chaque individu consomme et produit.

L’activité digitale laisse des traces

À chaque fois que nous utilisons des services en ligne, nous laissons des traces numériques. Il est important de faire la distinction entre les empreintes numériques actives et passives que l’on laisse derrière soi. Dans de nombreux cas, les données sont collectées sans que nous le sachions et sans notre accord. Souvent, cependant, nous mettons également volontairement nos données entre les mains de fournisseurs de services numériques ou partageons délibérément des informations personnelles par l’intermédiaire des réseaux sociaux.

Il y a quelques temps, une étude réalisée par l’entreprise d’étude de marché IDC a postulé que l’étendue de l’ombre numérique d’une personne atteignait jusqu’à 45 GB et prédisait une augmentation conséquente de l’univers des informations dans les années suivantes.

En outre, les possibilités de créer un réseau entre les appareils par l’intermédiaire de l’Internet des objets contribuent d’autant plus à l’explosion du nombre de données. Des chiffres récents communiqués par EMC démontrent que le nombre « d’objets » qui ont été informatisés et interconnectés est proche des 200 millions. Et dans le cas présent, nous n’avons pas à penser au célèbre réfrigérateur, qui se reremplit « numériquement » ou au simple thermostat qui peut contrôler la température. Que l’Internet des objets se soit déjà immiscé dans notre vie quotidienne ou pas, le fait est qu’à chaque mouvement nous produisons des données et notre ombre numérique devient de plus en plus importante.

Qu’est-ce que cela signifie pour la sécurité des données ?

Les départements informatiques d’entreprises de toutes tailles et dans tous les secteurs sont impliqués d’une certaine manière dans la gestion des données produites et sont également responsables de la fiabilité du stockage, de la transmission et de la livraison. En outre, cela implique une évolution des responsabilités pour correspondre aux règles de conformité internes et externes et à la Politique de confidentialité.

Pour les directeurs informatiques, cela signifie un défi grandissant avec la complexité et la riche diversité que représente le Big Data. Il s’agit d’une aventure coûteuse non seulement pour les personnes en charge de la gestion des données de l’entreprise, mais les clients doivent également faire plus attention à l’utilisation sécurisée et intelligente de leur propriété numérique privée.

Qu’est-ce que cela signifie quant au comportement des individus ?

La première étape vers une prise de conscience numérique plus importante est de trouver comment et où vous avez laissé vos empreintes numériques. Le site internet Me and My Shadow de Tactical Tech offre par exemple la possibilité d’obtenir une connaissance basique de l’importance de votre ombre numérique et donne également des conseils et des suggestions pour une meilleure protection privée. Le site internet Digitalshadow.com va même un peu plus loin et offre la possibilité aux utilisateurs intéressés de recevoir un calcul exact de leur ombre numérique avec la formule suivante : « Accédez à votre ombre numérique et voyez ce que nous voyons ».

De tels outils peuvent être utiles pour faire prendre conscience des besoins de protéger ses données personnelles, mais permettent également de comprendre ce qui peut être mis en place pour minimiser les risques en amont.

Conseils et astuces pour un meilleur contrôle des données personnelles : Ne montrez que ce que vous souhaitez partager

  1. Lancez une recherche sur vous sur Google : cette astuce peut sembler un peu étrange, mais – si vous ne l’avez jamais fait – cela pourrait vous ouvrir les yeux,
  2. Lisez les paramètres de confidentialité et respectez-les : en particulier sur les réseaux sociaux comme Facebook et Twitter, cela vaut la peine d’étudier les informations concernant la confidentialité et la sécurité des données avec précision et d’agir en conséquence. Observez exactement lorsqu’il y a des modifications ou des mises à jour dans la Politique des paramètres de confidentialité,
  3. Gestion du compte : obtenez une vue d’ensemble de tous les comptes que vous avez créés. Supprimez ceux dont vous n’avez plus besoin ou dont vous ne vous servez plus,
  4. Faites extrêmement attention à ce que vous partagez : l’astuce qui consiste à poster ou à partager de manière moins importante peut ne pas constituer un élément suffisamment précieux pour la plupart des gens… Cependant, rappelez-vous toujours de ne rien révéler qui ne soit destiné à tout le monde. Soyez particulièrement prudent avec les noms d’utilisateur, les alias, les mots de passe, les noms complets, les numéros de téléphone, etc.

Effaceurs numériques

Dans de nombreux cas, il n’est pas simple de rendre le passé numérique invisible. Cependant, il existe des outils, par exemple pour Twitter (comme tweetDelete.com), sur le marché qui permettent une destruction automatique des tweets après un délai prédéterminé.
Clear : un autre outil de censure personnelle qui est idéal pour les utilisateurs multitâches de réseaux sociaux et peut, en plus de Twitter, également nettoyer Facebook et Instagram. Et l’outil est très intelligent : il identifie aussi les posts avec un « contenu inapproprié » et l’utilisation d’un « langage négatif ».

Conclusion

Même si seulement une petite partie de l’impact de l’ombre numérique et de ses conséquences a pu être montrée ici, il est important de savoir que lorsque vous naviguez sur Internet, rien ne vaut le bon sens. Connaître quelles informations (données personnelles et/ou d’entreprise) sont effectivement enregistrées est un bon point de départ pour démystifier l’ombre numérique et pour améliorer la responsabilité liée à notre propre vie numérique personnelle.

Laisser un commentaire