Go to Top

5 manières de traiter vos cartouches de sauvegarde héritées

Sauvegarde sur bandes magnétiques

Les entreprises sont confrontées à une combinaison sans précédent de pressions de l’industrie pour mettre de l’ordre dans leurs données héritées.  Elles peuvent par exemple soumises à des enquêtes judiciaires, les obligeant à rechercher des preuves telles que des messages électroniques ou des documents remontant à plusieurs années en arrière.

En conséquence, la question de la gestion et de l’accès aux données sur les cartouches de sauvegarde héritées nécessite une très grande attention lorsque vous revoyez votre stratégie de sauvegarde ou lorsque vous mettez à niveau, remplacez ou consolidez votre infrastructure de sauvegarde. D’après notre expérience, plusieurs options s’offrent aux entreprises, chacune ayant ses avantages et ses inconvénients :

  • Maintenir l’infrastructure logicielle de sauvegarde héritée, au cas où l’entreprise serait contrainte de fournir des données spécifiques à des fins réglementaires, juridiques ou de conformité. Cette option impliquera des coûts de maintenance annuelle et de licences logicielles, ainsi que des coûts matériels s’étendant sur plusieurs années, peut-être jusqu’à l’expiration du délai de conservation, juste dans l’éventualité où l’entreprise aurait besoin de restaurer des données pour une raison quelconque. L’entreprise devra veiller à ce que la maîtrise de l’infrastructure logicielle de sauvegarde utilisée soit pérenne, même en cas de turnover,
  • Utiliser des outils logiciels commerciaux qui permettent au service informatique de migrer et gérer les cartouches héritées. Cette option élimine la nécessité de conserver l’infrastructure et le logiciel de sauvegarde hérités. Toutefois, elle impliquera des coûts de maintenance annuelle et de licences logicielles pour les outils logiciels, ainsi que des ressources pour exploiter le logiciel,
  • Transférer et migrer les données vers un centre d’archivage externalisé : L’entreprise pourra demander la restauration de données spécifiques auprès du prestataire de services externalisés. Ainsi, elle se défait du problème et évite également le coût de l’infrastructure de sauvegarde héritée. Par contre, elle assumera les coûts pour que le prestataire de services externalisés extrait les données des cartouches de sauvegarde et les importent dans le centre d’archivage, ainsi que des coûts d’hébergement. Il se peut que cette option ne convienne pas aux entreprises qui ont des données extrêmement sensibles, ne devant pas quitter leurs locaux ni échapper à leur contrôle,
  • Cataloguer et extraire les données des cartouches héritées : Cette option impliquera un prestataire spécialisé qui créera éventuellement un catalogue des cartouches ou convertira le catalogue logiciel hérité dans un format standard. À partir de là, l’entreprise peut demander des services ad hoc au prestataire spécialisé pour restaurer les données à partir des cartouches de sauvegarde, selon les besoins. L’entreprise peut aussi signer un contrat de service sur plusieurs années avec le prestataire spécialisé prévoyant un certain nombre de restaurations par an. Cela évite le coût de l’infrastructure de sauvegarde héritée et l’entreprise ne paie que pour le nombre de restaurations de cartouches dont elle a besoin,
  • Ne rien faire : Ne choisissez aucune des options ci-dessus et espérez que l’entreprise n’ait pas besoin de restaurer des données à partir des cartouches de sauvegarde héritées. Toutefois, si une entreprise doit fournir des données pour quelque raison que ce soit, il lui faudra trouver une solution très rapidement, ce qui peut être difficile et très onéreux. À défaut, elle risquera une sanction pour ne pas avoir pu fournir les données à des fins réglementaires ou juridiques.

Laisser un commentaire